douglas

Hannah Buchan vit dans l'Est américain dans les année 70. Fille du très reconnu progressiste John Winthrop Latham, elle décide, malgré les réticences de ses parents, de se marier avec un futur médecin, Dan Buchan et d'abandonner études et projets à l'étranger pour suivre son mari dans une petite ville perdue du Maine. Hannah devient très vite maman et se morfond dans cette vie ennuyeuse et totalement prévisible. Jusqu'au jour où débarque à l'improviste un jeune révolutionnaire, Toby Judson. Camarade de son père, professeur à la fac, Toby cherche un toit pour la nuit. Hannah accepte de l'accueillir (Dan est en voyage) et apprécie de pouvoir discuter ouvertement avec cet homme, comme à la fac, comme dans une existence qui lui semble lointaine : politique, liberté de ton, elle peut s'exprimer ouvertement. Avec lui, le temps d'une nuit, elle retrouve le plaisir d'être écoutée et aimée. Oui, mais voilà, les activités illicites de Toby l'entraînent dans une virée au Canada, en pleine nuit avec son bébé et sous la contrainte.

Trente ans plus tard, alors qu'elle mène une vie bien rangée de professeur de lettres au lycée, que ses 2 enfants (Jeff et lizzie) ont grandi, le passé la rattrape brutalement. Sa fille disparait mystérieusement et Toby Judson, revenu de ses activités révolutionnaires et passé du côté des ultra-conservateurs, édite un livre où il revient sur ses activités lointaines et fait allusion à la complicité d'Hannah dans sa fuite vers la Canada. C'est le point de départ de grands chamboulements dans la vie d'Hannah. Elle doit faire face aux réactions de sa famille ultra conservatrice, de la presse 'bien pensante' américaine, de son mari qui remet en cause leur mariage.

Je suis très partagée sur ce roman de Douglas Kennedy. J'ai bien cru abandonné à plusieurs reprises. Tout d'abord, j'ai trouvé les 170 premières pages assez ennuyeuses. Il faut dire qu'elle retracent la vie d'Hannah au début de son mariage et que cette vie morne et bien rangée n'est pas très excitante et intéressante. L'arrivée de Toby Hudson réveille un peu tout ça mais j'ai eu dû mal à "m'accrocher" au personnage d'Hannah, elle se plaint beaucoup mais n'essaye pas vraiment de changer les choses. La deuxième partie du roman consacrée à sa vie dans l'après 11 septembre m'a aussi laissée pensive. Alors que sa fille dépressive a disparu, elle est confrontée aux réactions ultra conservatrices de la presse américaine, de son fils (patriote convaincu), sur ses propos concernant le droit à l'avortement, son infidélité passée...Elle est vraiment sous pression constante avec ça et j'ai l'impression que l'auteur a forçé le trait. Finalement, la disparition de Lizzie est presque anecdotique et semble un prétexte.

Bref, même si je comprends que l'auteur a voulu dépeindre une Amérique en proie à des valeurs plus que discutables, c'est abordé sans finesse et cela en devient lourd au fil des pages.

Les Charmes discrets de la vie conjugale / Douglas Kennedy. Belfond, 2005