Jiro Taniguchi est un de mes auteurs préférés. Je l'ai découvert avec "Quartier lointain" et j'ai poursuivi les lectures de ses différents mangas avec toujours beaucoup de plaisir. "Ciel Radieux" reprend les thèmes chers à l'auteur : nostalgie du passé, amour filial, quête de soi dans une histoire empreinte de fantastique.

Tout commence une nuit d'été, à Tokyo, quand un jeune motard et le conducteur d'une fourgonnette sont grièvement blessés après un terrible accident. Ils sont transportés d'urgence à l'hôpital où les rejoignent leurs familles. Takuya Onodéra est le plus mal au point mais après quelques jours de coma, il revient soudain à lui, au moment même où le conducteur de la camionnette, Kazuhiro Kubota décède. A la stupéfaction générale, Takuya reprend très vite des forces mais il ne reconnait pas les siens car en fait, c'est Kazuhiro qui se réveille dans le corps de l'adolescent. ll comprend alors qu'une chance lui est donnée de faire savoir à sa femme et à sa fille tout l'amour qu'il leur porte, avant de partir définitivement et de rendre à Takuya l'usage de son corps.

Une nouvelle fois, j'ai été touchée par l'histoire de ce père de famille bourré de remords et de regrets. A force de travailler jour et nuit, il en a oublié les siens et a perdu la santé. Taniguchi met en avant les dérives de cette société japonaise, obsédée par toujours plus de profits et de rentabilité. Toutefois, je reste un peu sur ma faim. Je n'ai pas retrouvé l'originalité et le petit plus qui m'avaient fait adorer "quartier lointain". J'ai trouvé les planches trop répétitives, l'histoire piétinant un peu malgré une fin très réussie. En tout cas, voilà un auteur que je vous recommande vivement, surtout pour "quartier lointain" (là, je crois que tout le monde a compris !!" et "le journal de mon père".

Un Ciel radieux / Jiro Taniguchi. Casterman, 2006.