Elle s'appelle Marie et nous écrit son histoire depuis une sordide chambre de bonne qu'elle occupe à Paris. A 20 ans, Marie vit avec Raphaël, un artiste-peintre sans le sou. Ils mènent une vie de bohème, traversant les frontières selon les rencontres, les clients potentiels. Marie sait que cela ne pourra toujours être ainsi, elle accepte pourtant les absences nocturnes de Raphaël pour une autre, elle sourit devant le sommeil apaisé de la petite Cécile qui est arrivée entre temps. Peu importe la misère, le froid, la faim, elle n'attend qu'un regard de lui, une preuve de son amour qui ne vient jamais. Elle sait qu'il la quittera bientôt.

Ce roman autobiographique est lumineux, poétique. J'ai retrouvé dans ces lignes la même volonté de défier la vie que dans "le petit prince cannibale". Une écriture à la fois forte et fragile, une véritable quête de soi, de l'Autre, un rapport primitif à la Terre, aux racines. Autant de sensations et de doutes que Françoise Lefèvre nous fait partager. On ressent ici combien les mots peuvent "sauver" celui qui les couche sur le papier.  J'ai beaucoup, beaucoup aimé. Merci Anne ! 

L'avis de Florinette (qui a aussi beaucoup aimé!)

La Première habitude / Françoise Lefèvre. Edition poche J'ai lu, 2000. Edité pour la première fois en 1974 chez Pauvert, il a obtenu la même année le Grand Prix des Lectrices ELLE)