le_tellier

Ils sont quatre : Louise et Thomas, Anna et Yves. Elles sont mariées, eux sont célibataires. Ils se sont rencontrés par hasard. Ces deux couples ne se connaissent pas, sauf Thomas qui est le psy d'Anna. Voilà le lien qui réunit ces 4 personnes. Tour à tour, ils prennent la parole et racontent l'histoire d'amour qu'ils sont en train de vivre, les sentiments qui les submergent. Anna et Louise ont une vie confortable:  mère toutes les deux, médecin pour l'une, avocate pour l'autre, la quarantaine épanouie, des maris présents. Mais, l'Amour peut tout changer, faire vaciller ce qui semble immuable et acquis. Justement, enfin, se mettre en danger.

Très beau roman intimiste, à la construction originale (le chapitre où l'on suit conjointement les pensées de Stan, un des maris trompés pendant que Yves, l'amant, fait une lecture à voix haute - chacun sur une colonne différente). J'avoue mettre interroger sur les 100 premières pages. On découvre les personnages, on suit ce début de relation où tout semble parfait. Un peu trop, peut être. Puis, les premières failles apparaissent. Les doutes, la douleur, l'envie, le désir. C'est décrit avec beaucoup de délicatesse, avec subtilité. J'ai particulièrement aimé le chapitre " Quarante souvenirs d'Anna Stein", pour moi, une très belle déclaration d'amour. Bref, j'ai vraiment aimé !

Extrait : p.186 : "Louise a d'abord rempli des listes, alignés des colonnes. Une colonne pour quitter Romain. Une colonne Contre. "Je t'aime encore" dans la colonne Pour. Où plutôt, elle aime encore l'avoir aimé, c'est comme l'arrière-goût sucré d'un café. "Je ne t'aime plus", dans la colonne Contre.Où plutôt, elle ne l'aime plus comme il faudrait qu'elle l'aime pour continuer à l'aimer. Elle aurait pu écrire, au fil des pages : ta façon de sourire parfois, ton air anglais d'homme qui s'ennuie, ton humour un peu amer, tes yeux verts et parfois gris, tes mains longues et fines. Les colonnes Pour et Contre  se seraient remplies des mêmes mots, elle a compris que ce qui l'attirait hier la repoussait aujourd'hui. Ce charme presque féminin qui l'avait séduite ne la touchait plus, elle qui cherche désormais l'âpreté. Sa façon timide de la caresser qui la troublait hier l'exaspère aujourd'hui, elle qui souhaite de l'avidité."

Assez parlé d'amour / Hervé Le Tellier. JC Lattès, 2009.

Challenge 1% littéraire : 4/7

Challenge du 1% littéraire 2009